TOILE DE FOND TRANSLIGHT POUR LE GOODMAN THEATER, USA

Photo : le Goodman Theatre – Chicago, Illinois

La toile de fond utilisée dans le deuxième acte de la production du Goodman Theater à Chicago, “Objects in the Mirror” est absolument époustouflante. Seule une ligne d’horizon diffuse sépare la mer, d’un bleu mat fortement saturé, du ciel, avec ses variations de couleurs lumineuses.

« La représentation proposée sur scène raconte tout ce que nous faisons, explique Riccardo Hernandez, le scénographe. Elle se déroule dans deux lieux distincts. Le premier est une tour de guerre en Afrique. Le deuxième acte débute sur une vue panoramique de la plage d’Adélaïde, en Australie. La scénographie permet de créer deux espaces contrastés totalement opposés en faisant appel à des surfaces dures, l’une en métal et en bois et l’autre, à l’ouverture du deuxième acte, une toile de fond à grande échelle en impression numérique, réalisée à partir d’une photographie réelle de la plage. J’ai choisi cette photo spécifique, car elle donne une perspective enchanteresse et poétique fantastique, qui remplit toute la largeur du Goodman’s Theater. Le ciel me rappelle une peinture de Rothko. Les nuages sont pacifiques et non menaçants. »

« Nous avons recommandé notre produit de toile de fond Translight Fabric pour “Objects in the Mirror”, puisque Big Image a développé cette technique d’impression recto verso pour compenser la perte de saturation de couleur qui se produit lorsque la toile de fond est éclairée par l’arrière, » explique Olle Lindqvist, Président des opérations de Big Image aux États-Unis. En imprimant la mousseline (Cloth 201 HZN) à la fois sur la face avant et sur la face arrière, nous savions que les couleurs rétroéclairées seraient aussi vives que lorsque nous imprimions précédemment sur du vinyle (RP Screen).

« Une fois éclairée, la toile de fond avait vraiment un très bel aspect sur la scène, » explique Mark Prey.

Riccardo Hernandez est d’accord avec lui : « Le tissu Translight en coton était simple à éclairer. Les effets que nous voulions obtenir étaient plus réels, plus mystiques, que si nous avions utilisé un autre matériau ou fait appel à une autre technique. Durant des décennies, le public a pu voir des reproductions de photographies peintes sur des surfaces dures. La technique Translight permet aujourd’hui de reconstituer la photographie, les designers pouvant l’éclairer de manière à enrichir le récit, comme cela se fait au théâtre. Je referai certainement appel à Translight. »